Ma conception du mandat d’administrateur salarié

« Le courage, c’est d’aller à l’idéal et de comprendre le réel … c’est de chercher la vérité et de la dire…. »

Extrait du Discours d’Albi de Jean Jaurès.

 A380

Le Conseil d’Administration participe à la détermination de la stratégie de l’entreprise et en contrôle la mise en œuvre.

La crise actuelle a révélé la faillite du diktat de la bourse et du culte des stratégies spéculatives. Aussi la gouvernance doit-elle être réorientée vers le long terme, vers l’attention portée aux femmes et aux hommes qui « font » l’entreprise et vers la pleine utilisation des moyens de contrôle dont disposent les Conseils.

En temps de crise plus que jamais, l’entreprise doit rapidement disposer de tous les éléments d’appréciation nécessaires à son besoin d’adaptation, à sa réactivité.

Qu’ils représentent les salariés au Conseil d’Administration du Groupe AF ou les salariés actionnaires dans celui de la Holding AF-KLM, vos élus y sont indispensables. Nous sommes mandataires sociaux à part entière et participons à ce titre à l’élaboration de la politique de notre compagnie et de ses filiales. Bien que minoritaires, nous avons pu dans certains cas influencer des choix fondamentaux.

Au sein des instances suprêmes de gouvernance collégiale de l’entreprise, en plus de notre contribution classique en tant qu’administrateur, nous représentons le capital humain. Dans ce domaine, les administrateurs salariés apportent beaucoup. Même s’il faut rester conscient que notre Groupe demeure socialement préservé, on constate des dérives « libérales » chaque jour. Les conseils se focalisent sur la stratégie et la finance mais se soucient trop peu d’associer les salariés à la politique définie. La recherche de profit à court terme s’immisce dans la gestion. Malgré les chartes, la responsabilité sociale du Groupe est parfois mise à mal.

A la différence de certains administrateurs (aux avis souvent influencés par des cooptations croisées dans les Conseils où ils siègent), les administrateurs salariés n’ont d’autre intérêt que celui de promouvoir la pérennité de leurs sociétés et par conséquent, de développer les emplois. Ils sont donc des gardiens vigilants de la bonne gouvernance humaine et les promoteurs de la Responsabilité Sociale dans l’Entreprise.

Les administrateurs salariés apportent dans les Conseils une parole sincère, une pertinence (même dans l’impertinence) qui constituent des avantages précieux pour les entreprises qui auront la sagesse d’en tirer profit. Face aux visions prospectives souvent similaires de dirigeants issus de mêmes cursus et parfois déconnectés des réalités que les salariés vivent, les administrateurs salariés apportent des éclairages et points de vue spécifiques, sans arrogance mais sans complexe. Ils invitent ainsi les Conseils à davantage de courage, d’intégrité et d’exemplarité.

A ce titre, les administrateurs, élus par les salariés ou salariés actionnaires, légitimés par leur élection, par leurs réseaux d’information interne et par leur pratique professionnelle, représentent un atout de gouvernance sans égal.

Administrateurs à part entière, ils sont aptes à proposer des orientations stratégiques et tactiques pertinentes, car concrètes et réalistes. Leur participation à la remontée rapide des signaux, même faibles, captés au plus près du terrain, peut éviter certaines erreurs majeures de gouvernance et de management… même au-delà de leurs seules conséquences sociales.

En tant qu’administrateur salarié représentant l’encadrement, je m’engage à faire valoir les aspects trop souvent refoulés comme :

  • La défense d’une éthique économique et sociale dans l’entreprise, gage d’un développement réellement durable refusant la logique court-termiste des marchés financiers.
  • La promotion de principes de solidarité dans le respect équilibré des attentes de l’ensemble des parties prenantes (citoyens, clients, État, salariés, actionnaires…).
  • La résistance aux effets de mode, en ne sacrifiant pas, sur l’autel de la rentabilité du court terme, ni la qualité ni la sécurité des produits et services pour les clients, ni la préservation indispensable de l’environnement
  • La préservation de la santé physique et psychique des salariés dans des emplois utiles, épanouissants et exercés dans les règles de l’art.
  • La valorisation et la reconnaissance du capital humain par le développement des compétences, du savoir-faire et de la culture d’entreprise, par la formation et l’encouragement à l’expertise.
  • L’incitation à un réel dialogue social constructif, respectueux et équilibré, pour ainsi sortir de rapports de force souvent stériles.

Comme mes collègues administrateurs CFE-CGC siégeant dans les conseils d’administration d’autres grandes entreprises, mes recommandations face à la crise, privilégient le long terme :

  • Se positionner contre tous les abus de rémunération des dirigeants, et proposer d’asseoir cette rémunération sur la performance à moyen terme (critères économiques, sociaux, environnementaux)
  • Sortir les entreprises de leurs réflexes pas toujours efficaces de gestion de crise. Les vitales mesures d’amélioration de l’efficacité économique devraient inciter à révolutionner la culture managériale. Au lieu de licencier, d’annuler tout ou partie des investissements productifs ou de réduire inconsidérément les frais ce qui génère une spirale infernale, nos entreprises devraient saisir la chance de réformer leurs modes de gestion. En simplifiant les organisations et les procédures, en donnant des marges d’expression, plus de responsabilité, d’initiative et de reconnaissance à l’encadrement, les entreprises amélioreraient réellement leur performance sans obérer l’avenir.
  • Veiller à ce que la crise ne soit pas le prétexte d’un effet d’aubaine injustifiable pour casser notre modèle social construit patiemment et gage de cohésion sociale.

Nous défendons ainsi quelques principes simples, reposant sur des valeurs essentielles. Un management favorisant des emplois de qualité et une gestion éthique, principaux atouts de la compétitivité de nos entreprises car il y a une forte corrélation entre bien être des salariés, respect des clients, éthique et profitabilité des entreprises.

Nous prenons en compte les réalités du monde économique tel qu’il est en recherchant les meilleures adaptations, en nous investissant aussi à vos côtés pour le faire évoluer positivement. Notre association aux destinées des entreprises est un fort atout pour sortir du cercle vicieux actuel et redonner confiance dans un système économique renouvelé.

Si vous appréciez ce blog, parlez en autour de vous !

Lettre d’information

Bonne lecture