Posts from ‘Non classé’

jan
12

Vous pouvez télécharger le document en cliquant ici : https://goo.gl/PQ77Dg

election-arsa-2018

jan
01

 

voeux-2018-c

En ce début d’année, le renouveau est d’actualité.

Je vous souhaite chaleureusement une belle et heureuse année 2018.

Que notre Compagnie aille de l’avant, reste humaine et soit prospère.

Que vos projets personnels et professionnels réussissent.

Que cette nouvelle année soit clémente et vous apporte, ainsi qu’à vos proches, joie et bien-être.

sept
08

 

777-au-decollage

« Il ne faut avoir aucun regret pour le passé, aucun remords pour le présent, et une confiance inébranlable pour l’avenir. » Jean Jaurès

 

Monsieur Le Président, votre arrivée a été discrète. Vous avez pris le temps de vous faire votre opinion. Les grèves de l’été vous ont vite mis dans le bain ! Votre souci d’apaisement est bien perçu. Le besoin d’un recours au Boston Consulting Group pour accompagner la démarche « Trust Together » a beaucoup surpris tant le diagnostic est connu et la stratégie contrainte. Mais si cela vous permet d’avoir un état des lieux impartial et en prise plus directe avec l’avis de l’encadrement, c’est une bonne chose.

Des PDG, nous en avons vu beaucoup, dont certains n’ont fait que passer. L’encadrement attend donc avec circonspection mais espoir que vous gouverniez Air France – KLM en remettant les choses enfin dans le bon ordre. C’est à dire : analyse de la concurrence et du marché, constat partagé de la situation de la Compagnie, exposé d’une vision pour AF-KLM, choix d’un plan stratégique, collaboration avec les salariés et dialogue avec les syndicats pour sa mise en œuvre complète et rapide.

Votre calendrier est contraint. L’embellie de la Holding est fragile. Au moindre retournement de conjoncture, les comptes se dégraderont rapidement. Or, l’expérience montre que les ennuis reviennent inéluctablement à fréquence régulière. On peut même se demander si une nouvelle crise n’est pas déjà là. En effet, la surcapacité de l’offre et la chute d’attractivité touristique de la France entrainent un recul du trafic et une dégradation de la recette unitaire absorbant l’effet positif de la baisse du carburant. Dans l’idéal il faudrait une vision claire en novembre pour que soit décidée la stratégie avant fin 2016. Mais vitesse ne veut pas dire précipitation, il faut du temps pour restaurer la confiance interne, convaincre et faire adhérer les salariés.

Monsieur le Président, les salariés attendent de vous une vision et une stratégie pour leur Compagnie :Concept key cheap flying.

Faire un constat partagé de la situation

Le préalable à toute mobilisation est de faire un constat partagé. L’autocensure règne depuis trop longtemps. On peut être lucide sur la situation, les risques et les enjeux et en tirer une motivation pour se battre et gagner. AF n’a pas besoin d’un nième benchmark, mais de discernement.

Le climat social est dégradé comme jamais : morosité, désenchantement, envie de partir, démotivation devant le sentiment d’éternel recommencement, d’efforts vains, d’injustice, de manque de reconnaissance. Les femmes et les hommes d’AF ne supportent plus « d’être utilisés ». Ils endurent les incohérences entre les discours, les paroles et les actes. Cela dépasse l’exaspération, c’est une usure qui se manifeste à tous les niveaux de la Compagnie. Beaucoup de salariés n’espèrent plus rien, de personne ! Ils sont las du gâchis actuel et du manque d’avenir. Le fragile édifice humain ne tient, mais pour combien de temps, que grâce aux relations humaines encore amicales entre collègues et à leur passion partagée de l’aéronautique.

Il ne faut pas faire l’autruche en s’illusionnant sur le rang de la Compagnie. Notre part de marché s’érode. TransForm a permis de rester dans le peloton mais AF-KLM stagne en queue de celui-ci car nos concurrentes font rapidement des réformes structurelles. Tous les gains de productivité sont absorbés par la baisse des tarifs. AF-KLM n’est plus leader. Et en plus, elle est un challenger menacé sur pratiquement tous ses segments et activités. Pour le long courrier, la concurrence des compagnies du Golfe et l’émergence du low cost risquent de porter atteinte à nos hubs. Pour le réseau domestique et européen, le TGV, Easy Jet, Ryannair, et autres Vueling fragilisent une position encore enviable.

Le mur d’investissements à venir et l’épuisement des réserves rendent très fragile le redressement indubitable actuel.

Enfin, c’est un leurre de croire que l’actionnariat de l’État protège la Compagnie !

Définir une vision

Que vous affirmiez clairement une vision combative, crédible, faisable, enthousiasmante pour AF-KLM est une attente cruciale. Cela donnera du sens aux efforts de chacun. Ce but ne doit pas être économique. On ne se mobilise pas sur un résultat d’exploitation mais sur un « idéal » de notre Compagnie.

Décider d’une stratégie et agir

Le besoin est vital de prendre les décisions stratégiques structurelles de fond et de les appliquer. Ceci pour éviter de rentrer dans la spirale des non-choix, des décisions contraintes qui se révèleront mauvaises et ne feront qu’amplifier la relégation. Il faut donc « trancher », passer de l’imprécation à l’action.

Dans la stratégie

Personne ne peut ignorer que le modèle du réseau Moyen – Court Courrier européen converge vers ceux d’Easy Jet et de Ryannair. Il serait dommage de regarder passer la croissance de ce marché et en particulier celui province <-> Europe sans y participer pleinement. Ne faudrait-il pas soutenir HOP-AF et développer au maximum Transavia y compris dans le créneau Affaire/Loisirs ? Et réduire le nombre de marques ?

Pourquoi ne pas s’inspirer de Renault/Nissan/Dacia pour constituer plusieurs entités industrielles complémentaires dans la Holding ?

Pour rester un partenaire crédible et convoité dans nos accords et JV, il est important de retrouver la performance permettant de développer notre réseau.

AF-KLM doit pouvoir participer à la consolidation européenne, loin d’être achevée, et réfléchir à la reprise de la croissance externe par exemple avec Air Europa ou Virgin.

Pour le long courrier, osons tester du « low cost » loisirs comme le fait Lufthansa. AF devrait se permettre de réfléchir à toutes les options d’alimentation de CDG. Car il faut anticiper les menaces de partenariat entre une concurrente et une low cost européenne.

Monsieur le Président, poursuivez vos actions pour que l’État cesse de ponctionner les gains de productivité interne, fruits des sacrifices des salariés. Obtenons des État Généraux du transport aérien avec pour objectif un plan Marshall qui restaure la compétitivité externe. Intensifiez le lobbying à Bruxelles.

Pour la performance de base

Donnez des moyens au projet Perf’Ops car la performance opérationnelle est vitale pour l’avenir du Hub. Elle a aussi des impacts sur la sécurité de vols et les résultats économiques. Le respect du contrat commercial de base (sécurité, ponctualité, service, bagages…) est primordial pour fidéliser nos clients. Beaucoup de salariés espèrent que Perf’Ops atténuera les irritants quotidiens et qu’enfin notre fonctionnement sera simplifié. L’agilité réclame moins de règles rigides et de procédures souvent inadaptées. Pourquoi l’exploitation AF n’arriverait-elle pas à faire des demi-tours avions en escale aussi brefs que ceux de la concurrence low cost ?

Dans l’organisation

Avec autonomie mais pas indépendance, il est crucial d’articuler les organisations d’AF et de KLM vers plus d’intégration. Aujourd’hui, la dysharmonie, qu’il est tabou d’exprimer, conduit de part et d’autre à des velléités de séparation qui serait catastrophique. Pour garder une taille critique, pour profiter de synergies et des atouts des deux groupes, il faut une gouvernance de la holding qui soit forte ; qui puisse assurer une meilleure cohésion et une répartition équilibrée de l’activité entre AF et KLM.

Libérez notre organisation en silos, faite de strates accumulées, pour redonner de la responsabilité, de l’autonomie et de la créativité. Beaucoup attendent une réforme de l’organisation actuelle éclatée en Business Units. Nous avons besoin de cohérence et de souplesse en particulier au hub.

Enfin, sans déstabiliser le management, l’accueil de sang neuf dans le haut management est nécessaire.

Faire partager l’espoir

Depuis des années s’est ancré dans nos quotidiens professionnels le fait que le changement n’a que des impacts négatifs. Il est temps de positiver les réformes en développant leur partie « gain ». Par une révolution de notre façon de travailler plus efficacement et agréablement (télétravail encouragé, pas d’open space dogmatiquement imposés…).

L’espoir que nos efforts nous donnent un avenir meilleur a besoin de se concrétiser. Principalement par la reconduction de la garantie de l’emploi.

Il faut plus de cohésion inter catégorielle. Cela ne se décrète pas. Cela sera le fruit d’une réelle équité et solidarité dans les efforts faits par chaque corporation, que vous saurez défendre.

Dynamiser le capital humain

AccountabilityLes réformes structurelles à venir peuvent être faites en respectant les salariés.

Face aux initiatives, on en entend encore trop souvent : « on a déjà essayé » ; « c’est trop tard » ; « ce n’est pas possible ». AF a besoin d’un management bienveillant et exigeant qui responsabilise, donne du pouvoir et encourage l’expression. Les discours qui ne se transforment pas en acte et les pratiques qui sont parfois en totale contradiction avec les annonces sont catastrophiques pour le moral.

Au fil des plans d’économie, les rituels (convention, remise de médailles, pots de départ, etc.) ont quasiment disparu. Il faudrait recréer du lien social et renforcer la fierté de travailler à Air France.

Last but not least, les salariés sont écœurés du peu de retour salarial de leurs efforts. Le niveau des rémunérations de l’encadrement est nettement inférieur à celui du marché. La reconnaissance financière des mérites et un programme ambitieux d’actionnariat salarié sont indispensables.

Moderniser le dialogue social

Les grèves laissent exsangue la compagnie et attisent l’ire de nos clients et de nos concitoyens. Instaurons une nouvelle régulation sociale paritaire qui évite les luttes d’ego sur des questions de principe. Un comité paritaire de « sages » pourrait gérer en amont les « dispute ». Et les partenaires sociaux devraient s’engager au respect mutuel des accords signés.

La confrontation des idées et la défense des salariés sont indispensables. Soutenez les syndicats progressistes d’Air France et de KLM. Il n’est pas normal que la prime aux conflits irrationnels et absurdes soit le gel des efforts pour ceux qui abusent du rapport de force. La trêve doit bénéficier à tous les personnels.

Monsieur le Président, mettez en place un dialogue collaboratif avec les salariés, qui ne sombre ni dans l’instrumentalisation ni dans la démocratie participative.

L’État ne doit pas interférer dans le dialogue social

Confiance dans l’avenirLa confiance

« Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité, un optimiste voit l’opportunité dans chaque difficulté. » Winston Churchill

L’alternative devant laquelle se trouve AF-KLM dont vous êtes désormais le pilote est simple :

  • se résigner à un déclin inéluctable plus ou moins lent en continuant à tergiverser et à s’enferrer dans des conflits abscons qui rendent la Compagnie ingouvernable.
  • prendre à bras le corps l’avenir, faire des choix répondant à une vision et s’accorder avec les syndicats pour gérer au mieux de réelles transformations structurelles. Abandonner définitivement le plan B en relançant une dynamique offensive de croissance rentable, vertueuse pour notre compétitivité et nos coûts. Vanter davantage les réussites et s’appuyer sur tous les progrès déjà réalisés.

Air France a progressé. Dans l’adversité les personnels ont toujours su réagir collectivement de façon efficace. Il faudrait savoir dépasser l’amertume du gâchis actuel qui nous fait passer à côté d’un marché en pleine croissance. C’est une question d’avenir soutenable. Air France peut être sauvée en se basant sur ses immenses atouts dont la qualité de son service.

L’encadrement d’Air France n’attend que d’avoir les armes et d’être soutenu pour riposter sans entrave à la concurrence.

Cela passe par la Confiance retrouvée. Regagner la Confiance de nos clients. Restaurer la Confiance dans le management. Retrouver la Confiance entre les différentes catégories de salariés et de métiers. Récupérer la Confiance des investisseurs. Instaurer la Confiance entre AF et KLM.

AF-KLM et ses salariés ont besoin d’un patron qui ouvre les yeux et écoute. Qui, sans fard, exprime l’état des lieux. Qui fédère autour d’une vision pertinente. Qui tranche dans les choix à faire sans se préoccuper de son avenir personnel ou des errements corporatistes. Qui redonne l’espoir et la « niaque » à la Compagnie.

Tous nos sincères vœux de réussite !Sphre Russite

sept
15

 

Panthéon AF

« L’avenir, tu n’as point à le prévoir mais à le permettre » Antoine de Saint Saint-Exupéry

La grève des jours prochains s’annonce très pénalisante pour nos clients. Elle aura bien sûr des conséquences désastreuses sur les résultats et donc sur la capacité de notre Compagnie à investir dans l’avenir. Mais le plus important est que son issue, décisive pour la future stratégie, engagera notre destin.

 La grève est un droit fondamental. C’est aussi un aveu d’échec du dialogue et de la raison. Peu importe les responsabilités de ce conflit stérile et suicidaire. Personne n’en sortira vainqueur et nous risquons d’en être les victimes collatérales. Une majorité de salariés est exaspérée, voire désespérée, que des grèves gâchent nos atouts et le fruit de nos efforts.

 Notre Compagnie risque de partir en vrille. N’attendons pas le dépouillement des boites noires ! Réagissons concrètement :

  • Continuons de veiller à la sécurité en ces temps de doutes et de conflits.
  • Restaurons la cohésion et la solidarité inter-catégorielle. Nous sommes dans le même avion !
  • Que la Direction instaure un dialogue ouvert à toutes les catégories de personnel.
  • Félicitons-nous des résultats de TransForm, mais soyons conscients que ce n’est qu’une première étape. Pour éviter un déclin inexorable, pour avoir le droit de continuer à concourir, Air France-KLM doit impérativement atteindre plusieurs objectifs cruciaux :
    • Avoir une taille suffisante
    • Avoir des résultats positifs et un bilan assaini grâce à la baisse de sa dette
    • Avoir une présence accrue sur son marché intérieur qui est désormais l’Europe.

Il est donc vital de repenser notre modèle d’activité court et moyen-courrier pour qu’il devienne intrinsèquement rentable, quels que soient les segments de clientèle. Nos coûts doivent converger vers ceux du marché concurrentiel.

  • Que la Direction réponde à la légitime inquiétude des salariés. Les plans successifs, instillés à dose homéopathique pour faire avaler la pilule, ravagent le moral. Il faut que la Compagnie expose clairement le point d’aboutissement de sa stratégie.
  • Que des accords respectés garantissent nos emplois sans transfert imposé de personnels opérationnels, de contrat de travail ou de bassin d’emploi.
  • Que les modalités opérationnelles et sociales des évolutions soient décidées en concertation avec vos représentants dans le cadre d’une réelle association à la gouvernance.
  •  Que les efforts soient compensés par un juste partage des fruits de la future croissance (carrières relancées, octroi d’actions gratuites…)
  • Que le bilan des efforts faits et à faire par chaque métier soit établi objectivement afin que l’équité soit réelle.
  • Que des changements dans le management libèrent l’expression et les initiatives des salariés.

 Souvenons-nous tous de la notion d’équipage, de l’esprit de la Ligne, chers aux pionniers de l’aviation. Il est des valeurs et des enjeux bien supérieurs aux intérêts particuliers.

Dans ce qui se joue en ce moment, la vision n’est ni syndicale, ni patronale. La raison impose l’adhésion de chacun pour faire prospérer la Compagnie. Notre Groupe évolue dans une jungle économique où les règles sont trop souvent absentes ou pas respectées. En tant que citoyen, on peut agir pour rendre plus moral et juste ce monde imparfait. Mais être responsable, c’est ne pas oublier que seule la réalité s’impose et régit l’avenir de notre Compagnie.

 Une croissance rentable d’Air France-KLM, obtenue rapidement est la meilleure façon de lutter contre la régression sociale.

La passion qui nous anime tous doit être employée à des fins constructives.

mar
31

Retrouvez notre profession de foi en cliquant ici ou sur l’affiche.

Et VOTEZ !

(par Internet du 14 au 30 avril)

Votez pour Pascal MATHIEU et la CFE-CGC

 

Si vous appréciez ce blog, parlez en autour de vous !

Lettre d’information