Posts from ‘Gouvernance’

mai
28

 

Envol

Quel Immense gâchis ! Ces dernières années, Air France est devenue ingouvernable. L’instabilité sociale – auto destruction chronique – profite à nos concurrents, inquiète nos partenaires et surtout lasse nos clients et l’opinion publique.

Beaucoup de compétences et d’enthousiasme sont perdus en énergie négative.

Nous avons ce que nous méritons mais Air France mérite mieux que cela !

L’important est maintenant de dépasser la sidération ou l’écœurement en tirant les enseignements du bouleversement actuel pour qu’Air France rebondisse. Cette catharsis doit être faite le plus vite possible pour pouvoir valoriser le réel potentiel de la Compagnie. Nous avons une capacité hors norme à nous sortir collectivement des crises. Sachons poursuivre le spectaculaire redressement de compétitivité de 2017 en nous appuyant sur nos points forts. L’intelligence collective et la motivation des salariés ne demandent qu’à s’exprimer davantage.

De nombreux besoins existent qu’il faut enfin traiter dans le fond :

Besoin de lucidité partagée sur la réalité et les enjeux.

Besoin de faire un audit social en profondeur. Après le véritable crash social actuel, la compagnie doit avoir le courage de faire un audit social externe comme elle l’a fait en matière de sécurité des vols après le drame de l’AF 447. Le sentiment de faire sans fin des efforts, les doutes sur l’avenir et un besoin de changement d’ambiance générale et de reconnaissance ont engendré des incompréhensions, des insatisfactions voire de forts mécontentements. Pour traiter les causes du malaise avec des actions concrètes, le ressenti des salariés, exprimé lors de la consultation, doit être entendu.

Besoin de relations sociales apaisées et stabilisées : dialogue social respectueux, loyal, non dogmatique ; clarification et respect des accords négociés avec les syndicats réformistes ; mise en place de mécanismes de médiation aux conflits et usage de formes alternatives à la grève, efficaces sans se mettre à dos nos clients.

Besoin de retrouver un collectif de travail. A l’instar d’une équipe sportive qui remonte au classement, on peut se réjouir et se féliciter du redressement – succès collectif – d’Air France, tout en restant engagé dans la compétition commerciale. Savoir célébrer les évènements est bon pour le moral. Renouer avec des « rituels » est nécessaire à la cohésion sociale.

Besoin d’éthique : pas d’intentions ou d’incantations mais une incarnation exemplaire de valeurs en cohérence avec « le terrain ».

Besoin d’amplifier la modernisation du management. D’abord en respectant les besoins de base : la justice, la reconnaissance, la simplification des organisations et du fonctionnement, davantage de cohésion, d’équité et de confiance entre métiers, la liberté d’initiative et d’expression et l’éradication des irritants du quotidien.

Besoin de rester heureux et fiers de travailler à Air France et de mesurer cette chance.

Besoin de revivre une lune de miel avec KLM dont je salue l’affirmation claire et courageuse de son dirigeant Pieter Elbers quant aux bénéfices mutuels d’une alliance AF-KLM solidaire et pérenne.

Besoin d’évolutions positives : restreindre le nombre de projets et faire en sorte que les changements soient aussi porteurs d’avancées pour nos conditions de travail et d’opportunités de carrière.

Besoin de s’émanciper à terme de la tutelle de l’État et d’obtenir de celui-ci une baisse du fardeau de certaines charges fiscales et sociales.

Besoin de la seule stratégie qui vaille : celle qui répond aux attentes de nos clients. Une stratégie qui anticipe et s’adapte aux évolutions rapides de la toile de fond du transport aérien. Un plan de vol qui tienne compte de l’émergence du low cost long courrier, du self-connecting, de la convergence en Europe du modèle que propose Transavia à qui on devrait permettre de croître sur notre marché naturel intra-européen.

Besoin d’un PDG qui puisse, dans la durée, appliquer sa stratégie rapidement et complètement. Un leader dont la bienveillance, l’exigence et le charisme sachent faire adhérer les salariés à une dynamique de croissance prospère qui permettra de préserver nos emplois et notre modèle social. Un patron qui connaisse le transport aérien afin d’être tout de suite opérationnel.

 

Air France est assise sur un tas d’or

qui ne demande qu’à être valorisé dans l’intérêt général.

 

jan
12

Vous pouvez télécharger le document en cliquant ici : https://goo.gl/PQ77Dg

election-arsa-2018

mai
05

 

Confiance

Hier s’est tenu un Conseil d’Administration frustrant. Air France est une caricature des bons et des mauvais côtés de la France.

Côtés positifs, les résultats du premier trimestre sont encourageants. Le chantier Perf’Ops est en marche et Trust Together avance. Le projet expérimental Boost, en matière de positionnements marché, marketing, digitalisation et innovation fait sens. De nombreuses initiatives de groupes de salariés modernisent nos pratiques, améliorent la qualité de service et la compétitivité de la Compagnie.

Côté négatifs, Boost reste conditionné à un aléatoire accord avec les syndicats de pilotes. Les réformes structurelles sont trop modestes et lentes face aux efforts de nos concurrentes et aux désirs des clients.

 Par ailleurs, il faut qu’AF et KLM coopèrent plus harmonieusement. Air France a besoin de KLM mais la réciproque est tout aussi vraie ! Il est nécessaire d’augmenter notre compétitivité pour rééquilibrer le développement de l’activité entre les deux compagnies. Il faudra un jour trouver un partenaire industriel qui renforce notre capital pour soutenir nos ambitions. La réponse à l’émergence des low costs long-courrier reste à traiter. Nous devons intensifier nos efforts sur la satisfaction client et la performance opérationnelle en maintenant un haut niveau de sécurité des vols.

Les immenses atouts de notre Compagnie attendent toujours de s’exprimer pleinement dans un marché où nos concurrentes sont, soit en marche quand, comme Lufthansa, elles adaptent leur modèle, soit agonisent comme Alitalia.

 L’heure reste donc grave, ne nous décevez pas :

  • Dirigeants d’Air France, décidez afin que la Compagnie avance résolument.
  • Syndicalistes PN, soyez raisonnables, ne nous entrainez pas dans un suicide collectif.

Chacun entendez, avec respect et sérénité, l’exaspération d’une majorité de salariés de tous les métiers et de l’encadrement qui usent leur motivation dans l’attente du dénouement de négociations à l’issue sans cesse repoussée.

Nous sommes indignés que, malgré un engagement intense du management, notre énergie, nos réels efforts et nos compétences sont dévalorisés dans une entreprise « ingouvernable ».smiley-atterre

Nous n’acceptons plus de rester englués dans les tentatives de solutions stériles d’un dialogue social catégoriel qui nous entraine inéluctablement vers une casse économique et sociale.

Écoutez et répondez à l’attente des salariés, usés et désabusés par le spectacle affligeant de notre impuissance collective.

Sachez mettre vos egos dans vos poches et dépasser vos rancœurs et récriminations. Ce n’est pas de clivages inter catégoriels fratricides, d’accusations réciproques et de « têtes coupées » dont nous avons besoin mais de confiance et de cohésion pour se battre ensemble contre nos concurrentes.

Que la Direction exerce son pouvoir en appliquant une stratégie avalisée par le conseil d’administration afin de répondre complétement et sans plus tarder aux immenses opportunités du marché. Qu’elle modernise réellement la culture managériale et nos façons de travailler. Qu’elle donne plus de pouvoir d’initiative et d’action aux salariés. Qu’elle réaffirme des valeurs d’entreprise qui recueillent notre adhésion.

Que tous les syndicats considèrent la réalité en face, soient force de proposition, négocient des compromis pour pérenniser nos emplois et protéger au mieux nos conditions de travail.Think Big

Œuvrons au succès d’Air France en évoluant grâce à une démarche apaisée, réellement collaborative qui profite de l’intelligence collective des salariés, de la direction et des syndicats réformistes.

Laissez-nous croire et espérer dans un avenir meilleur !

Nous voulons rester fiers et enthousiastes de travailler à Air France !

oct
23

 

Vive le Plan A

Air France peut disparaître de n’avoir pas admis que le monde avait changé et qu’il fallait s’y adapter.

Air France et nous, méritons mieux que cela

Notre destin n’est pas le repli mais la conquête

 

Il est bon de prendre du recul par rapport aux déplorables évènements récents, aux derniers conseils d’administration et CCE. Quel gâchis ! À croire que nous n’avons pas encore atteint le fond pour enfin réagir de manière constructive. De plus en plus de salariés sombrent dans l’écœurement, la résignation ou la colère.

Quel crash industriel et social faudra-t-il attendre pour que les actions de renouveau de la Compagnie soient enfin appliquées ?

Peu importe les responsabilités, il n’y a pas de fatalité et il faut oser agir en prenant le temps mais sans repousser indéfiniment les échéances.

Grâce à l’implication des salariés, la Compagnie va beaucoup mieux mais est loin d’être durablement sortie d’affaire. Les charges externes pèsent de plus en plus sur elle. Sa compétitivité interne accuse encore un retard sur ses concurrentes.

 Nous sommes tous fiers de travailler à Air France. La majorité des navigants et des personnels sols ont envie que la Compagnie prospère. Appuyons nous sur cette maturité pour moderniser notre entreprise.

 La résistance au changement est compréhensible. Qui d’emblée a envie de remettre en question ses conditions de travail ? Mais il serait suicidaire de nier l’évolution du marché et l’agressivité de la concurrence trop souvent déloyale. S’indigner contre l’ultra-libéralisme, lutter contre le dumping social et financier lié à la mondialisation est louable. Cependant, pour conserver une chance d’avoir un avenir, il est vital d’accepter des efforts et d’être temporairement déstabilisé. Nous n’avons pas d’autre choix que de nous battre à armes égales contre la concurrence féroce. Sans cela, drapés dans notre bon droit, nous assisterons au déclin inexorable d’Air France.

 Air France est sur une mine d’or convoitée. La responsabilité de chacun est que l’on puisse l’exploiter.

 Pas besoin de recette miracle mais de bon sens ! Le regain d’Air France bénéficierait largement :

  • D’une vigilance sans concession sur la sécurité des vols
  • D’une équipe de Direction AF / AF-KLM bienveillante qui redonne confiance parce qu’elle est cohérente et qu’elle ose appliquer avec discernement et détermination les décisions qui nous sauveront. Une majorité silencieuse de salariés est de plus en plus exaspérée de se sentir prise en otage par le résultat des chicaneries (à 400 M€ tout de même !) entre corporation des pilotes et Compagnie. Ces deux protagonistes clament leur volonté de trouver un accord. Qu’ils aboutissent rapidement sans que les autres catégories de personnel soient les dindons de la farce !Besoin d'une stratégie claire
  • D’une stratégie offensive réellement débattue en conseil d’administration et en CCE, davantage coordonnée avec KLM et s’intéressant aux filiales. Il serait irresponsable de ne pas décider de ce que sera Air France dans 5 ans. Quitte à faire évoluer ce modèle cible en fonction des aléas.
  • D’une communication limpide et complète du modèle de compagnie vers lequel on se dirige. Et sur ses conséquences sociales. Maladresses, tergiversations, cacophonie et opacité font le lit de la désinformation. Rien n’est plus angoissant pour les salariés que de ne pas savoir pour quel futur ils se battent. Rien n’est plus déstabilisant pour un manager que de ne pouvoir Renouons avec la compétitivitérenseigner son équipe sur l’avenir.
  • D’un diagnostic partagé sur la compétitivité d’Air France fait par un expert extérieur reconnu et intègre.
  • De la tenue d’authentiques négociations catégorielles à huis clos pour éviter la médiatisation et les instrumentalisations syndicales et politiciennes. Il faut renouer avec le dialogue social de qualité qui est dans les gènes d’Air France. D’un côté comme de l’autre, plus de franchise et d’écoute respectueuse est nécessaire.
  • D’une totale transparence sur le contenu des négociations PNC, PS et PNT pour garantir l’équité et vérifier l’efficacité des mesures de productivité négociées.
  • D’accords qui permettent d’appliquer une autre stratégie que le plan B, remède de cheval qui risque de tuer le patient.
  • De sens de la mesure : Air France ce n’est pas Germinal. La Direction nous garantit que les compromis de solidarité efficaces et une croissance retrouvée nous éviteront les intolérables licenciements. N’est-ce pas l’essentiel ?
  • De reconversions et de mobilités attractives et accompagnées. Le futur PDV devra être le plus ouvert possible.Union sacrée
  • De l’obtention d’une rétribution ultérieure conséquente récompensant tous les salariés (actions gratuites par exemple).
  • De justice. La Direction reconnaît que les cadres d’Air France sont nettement moins bien rémunérés que leurs homologues français. Les benchmarks devront aussi un jour s’appliquer dans ce sens là !
  • D’États Généraux du Transport Aérien Français pour que le gouvernement assume sa responsabilité. Pour qu’en accompagnant nos réformes internes, il cesse enfin de plomber cette activité essentielle à la préservation du rang international de la Nation. Mais ne nous leurrons pas : « aide toi et le ciel t’aidera ! »
  • De cohésion et de solidarité inter catégorielles indispensables à la réussite collective dans un climat apaisé. Les salariés attendent « l’union sacrée » plutôt que les postures et le dialogue de sourds entre certains syndicats et la Direction. Il faut aussi redynamiser le lien social dans la Compagnie.
  • D’une culture managériale modernisée qui permette l’épanouissement de l’intelligence des salariés. PDV après EmpowermentPDV, l’encadrement restant est mis en tension car la responsabilisation et l’autonomisation ainsi que la simplification restent au stade des promesses.

 En positivant nos énergies, nous éviterons à Air France d’être inféodée ou dépecée par un investisseur. AF-KLM pourra nouer d’égal à égal les indispensables futures alliances. Nous sortirons de la spirale déprimante des plans d’attrition successifs. Air France pourra redevenir créatrice d’emplois.

 C’est vraiment le moment d’être responsables et solidaires. Transformons cette crise en opportunité !

Nous allons y arriver

fév
14

 

Salle du Conseil

Pour survivre en restant un leader du Transport Aérien, le Groupe Air France doit profiter de l’embellie du trafic mondial. Il le fera à plusieurs conditions dont les principales sont la lucidité, le sang-froid et le courage. Ces qualités très « aéronautiques », nous les avons dans notre ADN.

Notre entreprise n’est pas arrivée dans le marasme actuel par hasard ! Sans s’auto-flageller, il faut corriger les causes qui nous y ont conduits.

Les adaptations permanentes à venir seront autant d’occasions de rendre Air France plus compétitive et profitable. La régénération de son modèle industriel et économique ne peut se réaliser qu’en valorisant le Capital Humain. La sauvegarde de notre Groupe et nos intérêts de salariés étant intimement liés.

Pour transformer Air France, puisons de l’énergie dans ses points forts passés et présents

  • Une révolution commerciale, en cours, qui remet les clients au centre de nos attentions
  • TransForm, un plan négocié, pilier efficace du redressement économique d’Air France
  • Des salariés passionnés et compétents
  • Les crises, épreuves et drames que nous avons toujours collectivement surmontés
  • AF-KLM, la première fusion transnationale du Transport Aérien
  • Skyteam, une des trois alliances mondiales, que nous avons cofondée
  • Un réseau mondial riche et équilibré desservi par notre puissant Hub
  • La complémentarité de nos activités Passage, Fret et Maintenance
  • Une longue histoire et une place de référence dans le secteur

Pour réussir, des améliorations sont nécessaires

Air France a besoin de dirigeants qui :

  • Osent communiquer objectivement la situation économique d’Air France aux salariés
  • Observent avec humilité nos concurrents et appliquent une stratégie offensive
  • Apaisent les réticences de KLM à franchir le pas de la fusion quitte à être plus directif
  • Écoutent l’encadrement et regardent la réalité en face
  • Intéressent financièrement les personnels au redressement économique de leur Compagnie
  • Aient le courage de défendre ouvertement notre Compagnie, si besoin en se confrontant à leurs amis de « caste », responsables politiques, dirigeants d’entreprises comme ADP et hauts fonctionnaires
  • Reconnaissent leurs erreurs et les assument jusqu’à démissionner pour certains d’entre eux qui professent des stratégies diamétralement opposées à celles qu’ils imposaient doctement il y a encore peu de temps
  • Pensent moins à leur carrière mais soient solidaires et loyaux entre eux
  • Travaillent sincèrement avec les syndicats réformistes et respectent scrupuleusement les accords conclus

  Lire la suite

Si vous appréciez ce blog, parlez en autour de vous !

Lettre d’information